Archives de catégorie : Principes d’archéoastronomie

Incertitude en déclinaison

Peut-on affirmer qu’un site archéologique comporte des alignements stellaires intentionnels ?

Nous étudions les différents paramètres qui permettent d’étayer la présence d’alignements stellaires intentionnels sur un site archéologique. Nous développons un critère rigoureux permettant de quantifier la probabilité d’orientation fortuite sur un lever ou un coucher d’étoile.

Nous appelons ce critère le « critère du jeu de quille ». En effet, notre problème de pointage sur un lever ou un coucher d’étoile est similaire à celui du quilliste. S’il lance une boule, combien a-t-il de chances de toucher une quille ? Cela dépend de la taille de la boule et de l’espacement des quilles. Pour nous, ce sera la largeur de l’incertitude angulaire et l’espacement entre les étoiles. Si un quilliste a toutes les chances de faire tomber une quille sur son lancer, cela n’indique rien de significatif sur son talent. De la même manière, si notre critère est élevé, l’orientation considérée n’est pas significative.

Nous montrons que la magnitude des étoiles considérées et la précision des mesures angulaires sont les deux paramètres prépondérants. Notre étude vise à établir les bases de méthodes fiables pour l’archéoastronomie.

Lien vers l’article complet sur le portail HAL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03223357

Méthodes pour une archéoastronomie scientifique

L’archéoastronomie, discipline émergente de l’archéologie en France, se propose d’étudier les sites archéologiques qui s’y prêtent sous l’angle de leur orientation ou de leur interprétation astronomique. Mais cette discipline souffre encore d’approximations, de manques de méthode et d’une approche insuffisamment interdisciplinaire. Sa réputation est entachée par la publication de nombreux travaux pseudo-scientifiques.

Nous proposons dans ce carnet de recherche de réunir archéologues et astronomes avec l’objectif de développer des méthodes de référence pour garantir la justesse scientifique des études en archéoastronomie.

Ce blog constitue donc une démarche de science participative, s’appuyant principalement sur les travaux de bénévoles issus du groupe Investigations de la Société Astronomique de Bourgogne.

Ces travaux sont visés, avant publication, par un groupe de relecteurs composé d’archéologues et d’astronomes :

  • Vincent Boudon : Président de la Société Astronomique de Bourgogne et Directeur de Recherche CNRS, UMR 6303 ICB CNRS/UBFC – Université de Bourgogne
  • Eric Chariot : Directeur du Développement, Société Astronomique de Bourgogne
  • Vincent Guichard : Directeur général, BIBRACTE EPCC, Centre archéologique européen
  • Stefan Wirth : Professeur de Protohistoire européenne, UMR 6298 ARTEHIS CNRS/UBFC – Université de Bourgogne
  • Florent Mathias : Docteur en Archéologie
  • Yves Pautrat : Conservateur en chef du patrimoine, Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne Franche Comté, Service régional de l’archéologie et UMR 6298 ARTEHIS CNRS/UBFC – Université de Bourgogne